Prévention dans le système de soins

, par Kathy Ajakane

La prévention est régulièrement affichée comme une priorité de santé publique depuis les années 1990 mais peine à se concrétiser dans les faits et les résultats ne sont pas à la hauteur des enjeux, notamment en matière de réduction des inégalités.

Seuls des programmes de prévention planifiés, aux objectifs explicites, contrôlés tout au long de leur réalisation et évalués, peuvent prétendre à une véritable efficacité.

Si l’on prend l’exemple de l’obésité on a donc besoin d’une stratégie globale qui fasse de la lutte contre l’obésité une grande cause nationale associant :
- Des leviers nationaux et supranationaux :

  • Règlementaires : taxation, réglementation sur la composition des aliments,
    information des consommateurs…
  • Visant à modifier les représentations de l’obésité dans la population et auprès des professionnels de santé ;
  • Visant à faire évoluer l’industrie agroalimentaire et à lutter efficacement
    contre les lobbys.

- Une action territorialisée avec la création d’environnements favorables à la santé, par exemple l’aménagement urbain facilitant l’activité physique ;

- L’organisation d’une offre de prise en charge graduée en fonction des besoins et s’appuyant sur la diversité des acteurs ;

- L’information et l’éducation des citoyens visant à l’amélioration des compétences individuelles dès le plus jeune âge.

La prévention dans le système de soins : organisation, territoires et financement – à partir de l’exemple de l’obésité / Avis du Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) adopté le 25 octobre 2018

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)