Le travail personnel de l’élève : dans la classe, hors la classe

, par Kathy Ajakane

Le « bon » élève sait planifier son temps, se concentrer à bon escient, trouver les justes équilibres entre temps de loisir et temps studieux, relier ses différents apprentissages, etc.
Étrangement, cette compétence à l’autonomie dans le travail scolaire, censée être si importante, est rarement abordée dans le cadre des apprentissages et peu documentée dans le système éducatif.

Des recherches sur le travail en dehors de la classe, qu’il s’agisse des devoirs ou plus largement des activités péri voire extrascolaires, soulignent les limites et les effets parfois contre-productifs du travail personnel.
Une réflexion de sens commun mènerait en effet à se dire qu’une quantité supplémentaire de travail personnel, qu’elle ait lieu à la maison ou dans le cadre d’études et de révisions organisées, ne peut que bénéficier à l’élève. Travailler plus ne pourrait pas nuire, en quelque sorte.

Or, des travaux récents ont montré, au contraire, que certaines formes de travail personnel, peu ou mal organisées, non seulement ne contribuent pas à la réussite scolaire, mais pourraient même aller jusqu’à décourager ou contrarier les efforts des élèves.


Le réseau Canopé, 2018

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)