Enseigner les STMS en LGT

Les articles RSS

  • Enseigner les STMS en LGT

    Programme de santé et social en classe de seconde générale et technologique : enseignement d’exploration.
    Textes de référence pour enseigner l’EDE
    Présentation générale des (...)

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Sélections

  • Chapitre corpulence de l’étude Esteban

    Le PNNS a été mis en place en 2001, avec pour objectif général d’améliorer la santé de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs, à savoir la nutrition.

    Programmé initialement sur une durée de 5 ans (PNNS 1 2001-2005), il a été prolongé en 2006 (PNNS 2 2006-2010), puis en 2011 (PNNS 3 2011-2015).
    Cette troisième édition du PNNS avait inscrit dans ses objectifs la reconduction de l’Étude nationale nutrition santé (ENNS) afin de disposer de données fiables d’évolution de la situation en matière de surveillance nutritionnelle.

    C’est dans ce cadre que Santé publique France a mis en place l’Étude de SanTé (étude Esteban) pour répondre à des objectifs de biosurveillance, de surveillance des maladies chroniques et de surveillance nutritionnelle.

    Bien que tous les objectifs du PNNS 3 n’aient pas été atteints (par ex. une diminution de la prévalence du surpoids et de l’obésité), la comparaison des résultats des enquêtes Esteban et ENNS indiquent une stabilisation du surpoids et de l’obésité chez l’enfant et l’adulte.
    Cependant l’influence du niveau scolaire persiste en matière de corpulence. Ces résultats confirment donc la nécessité de prendre en compte les inégalités sociales de santé dans la définition et la mise en place des politiques de santé publique.

    Etude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition (ESTEBAN 2014-2016). Volet Nutrition. Chapitre Corpulence, Santé publique France, 2017-06, 42 p.

    Corpulence des enfants et des adultes en France métropolitaine en 2015. Résultats de l’étude Esteban et évolution depuis 2006, Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), n° 13, 2017-06, pp. 234-241

  • Exposition des salariés à de multiples nuisances cancérogènes

    Cet article du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 13 juin 2017 révèle, à partir d’une nouvelle exploitation des données de l’enquête Sumer 2009-2010 sur l’exposition des salariés en France, que 12% des salariés, soit 2,6 millions (2 millions d’hommes et 600 000 femmes) ont été exposés à leur poste de travail à au moins une nuisance cancérogène (chimique ou non), et environ 757 000 salariés présentaient une exposition à au moins deux cancérogènes (5,7% chez les hommes et 0,9% chez les femmes).

    > Chez les hommes, les nuisances les plus fréquentes étaient les émissions de moteurs diesel, les huiles minérales entières, les poussières de bois et la silice cristalline  ;
    > Chez les femmes, les plus fréquentes étaient le travail de nuit, l’exposition aux rayonnements ionisants, puis au formaldéhyde et aux médicaments cytostatiques.

    Les salariés concernés étaient principalement des hommes ouvriers du bâtiment et des travaux publics, de la maintenance, du travail des métaux, des transports et de la réparation automobile, ainsi que des femmes des professions de santé (infirmières, sages-femmes et aides-soignantes), des coiffeuses, esthéticiennes et du personnel des industries de process.

    Exposition des salariés à de multiples nuisances cancérogènes en 2010, 13 juin 2017- BEH, Santé Publique France

  • Projet Alcool, ville et vie nocturne

    Parmi les nombreux aspects à prendre en compte dans la vie nocturne d’une ville, la consommation d’alcool et ses excès occupent une place particulière. L’alcool est présent, voire incontournable dans la majorité des activités festives.

    Le projet Alcool, ville et vie nocturne, piloté par l’Efus en 2015 et 2016, s’est inscrit dans la continuité de ces travaux et constats en poursuivant les échanges entre les villes de Bordeaux, Besançon, Brest, Angers, La Rochelle, Lille, Lorient et Nantes, qui se sont portées volontaires pour participer au projet.

    Ces huit villes, de taille, géographie, traditions festives différentes, connaissent des problématiques similaires de gestion de l’alcoolisation massive.

    Cette étude consacre son chap II à « Concevoir et mettre en place une stratégie globale et transversale »

    A) Établir un diagnostic
    B) Déterminer des objectifs et un plan d’action
    C) Définir la gouvernance
    D) S’appuyer sur le partenariat et favoriser les collaborations intersectorielles
    E) Communiquer
    F) Évaluer

    Alcool, ville et vie nocturne Pour une stratégie locale et transversale- avril 2017 - Forum européen pour la sécurité urbaine

  • PRS IDF : 3 bilans

    Le premier projet régional de santé de l’ARS Île-de-France avait pour fil rouge le développement d’une approche coordonnée de la santé, entre prévention, soin et prise en charge médicosociale au service de l’amélioration de l’état de santé et de l’accès à la santé des Franciliens .

    Le premier Projet régional de santé (PRS) Ile-de-France se termine fin 2017.

    A cette occasion, l’ARS IDF publie 3 bilans (mai 2017) par thème et par zone géographique.

    Ces 3 bilans s’organisent de la manière suivante :

    • une synthèse transversale
    • trois schémas et un programme : schéma régional de prévention (SRP), schéma régional d’organisation des soins (SROS), schéma régional d’organisation médico-sociale (SROMS), schéma de prévention, programme Régional d’Accès à la Prévention et aux Soins (PRAPS)
    • les partenariats et l’animation territoriale en Île-de-France, déclinés par département : 75, 78, 91, 95, 77, 92, 93,94

  • La fumée vous dérange ?

    Le tabac a connu son âge d’or. Désormais, il est à bannir au nom de la santé publique. Alors, à quand la fin ?

    Le documentaire : « La fumée vous dérange ? » - LCP diffusé du 25 avril au 19 juin 2017, rappelle que fumer n’a pas toujours signifié mourir à petit feux... Bien au contraire, fumer a longtemps été associé à l’idée d’émancipation, de convivialité et de plaisir....
    Les états et les industries y ont chacun trouvé leurs comptes jusqu’au moment où fumer est devenu une affaire de santé publique.

    Le documentaire est suivi par un débat sur le bras de fer engagé contre le tabac.

  • La méthode et les dispositifs MAIA se généralisent

    La méthode et les dispositifs MAIA se généralisent depuis 2011 après une expérimentation de 3 ans. Les 352 dispositifs MAIA en fonctionnement couvrent désormais 98 % du territoire français métropolitain.

    Les enjeux de MAIA ? Permettre la continuité des parcours des personnes âgées – autrement dit, éviter les ruptures de prise en charge — dans un environnement éclaté qui mobilise de nombreux professionnels de disciplines différentes (secteur social, médico-social et sanitaire), assurer la prise en charge des situations complexes par un professionnel formé et dédié, le gestionnaire de cas.

    La loi d’adaptation de la société au vieillissement a conforté les dispositifs MAIA, notamment en autorisant les professionnels qui interviennent dans le cadre d’une équipe de soins à échanger des informations relatives à la santé, à la situation sociale et à l’autonomie des personnes âgées afin de faciliter leur parcours.

    Cinq ans après la généralisation de MAIA, l’évaluateur fait des constats quant à l’intégration des services sur les territoires, la gouvernance des projets au service des parcours des personnes âgées, la prise en compte les organisations locales du système de santé....