Pairs-éducateurs de santé

L’influence des pairs sur les comportements de santé, notamment à l’adolescence, est fréquemment évoquée sous l’angle négatif : pratique d’alcoolisation, entrée dans le tabagisme (Beck, 2013 ; Spilka, 2016).

Pour autant, depuis de nombreuses années au Québec et dans les pays anglo-saxons, sont développés des programmes d’éducateurs par les pairs qui se fondent au contraire sur l’influence positive qu’auraient des adolescents et des jeunes sur les comportements de santé de leurs pairs, qu’ils soient collégiens, lycéens, étudiants, jeunes à la rue…

En France, cette dynamique s’inscrit peu à peu dans les pratiques des professionnels de la prévention, et se trouve légitimée par les pouvoirs publics (Stratégie Nationale de Santé, Conférence Nationale de Santé, Plan stratégique Mildeca).

Sur quoi ces jeunes pairs agissent-ils ? Quels sont leurs domaines d’intervention ?
Si nous reprenons l’ensemble des programmes français que nous avons observés, les jeunes pairs jouent principalement un rôle de démystification de la santé et permettent une adaptation de messages en langage « jeune ». Comme le soulignent des jeunes ayant eu des interventions de pairs-éducateurs « C’est plus adapté comme langage, c’est moins pénible qu’un adulte. Lui, on va lui faire plaisir en lui disant que le tabac c’est pas bien, alors que quand c’est un jeune qui nous cause, ce sera plus facile de discuter, car lui il sait ce que l’on vit ». Jeune participant à une animation de pairs-éducateurs en lycée.

LES PAIRS-ÉDUCATEURS DE SANTÉ : DES JEUNES COMME LES AUTRES ?, RSAA, 24 mai 2018

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)