Insertion des jeunes

La concertation en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes s’est conclue mardi 24 janvier 2017 par la remise d’un rapport de diagnostic à la ministre du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social.

Multiplié par 3,5 en 40 ans, le taux de chômage des jeunes atteint aujourd’hui 24 %. En France, le taux d’activité des jeunes est inférieur de 4,5 points à la moyenne européenne. Si leur taux d’activité est faible c’est d’abord parce que 50 % des 18-24 ans sont encore en étude.
Le « vrai » point noir pour la France, ce sont les 13,8 % des 20-24 ans au chômage – un sur-chômage qui persiste encore dix ans après leur entrée sur le marché du travail – et les 15 % des 15-29 qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation (les NEETs).

Au-delà de la détention des compétences de base (compréhension orale, écriture, lecture, calcul) que 10 % des jeunes ne maîtrisent pas, les freins périphériques à l’emploi, loin d’être marginaux ou secondaires, constituent de réelles barrières à l’entrée sur le marché du travail : mobilité, maîtrise du numérique, état de santé, précarité des conditions de vie dont l’absence de logement ou de couverture sociale....

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)