Socialisation primaire au langage

Cette étude porte sur la socialisation primaire familiale au langage à partir de l’observation des interactions langagières entre parents et enfants lors de la première année de la vie.

Elle montre l’importance de ces interactions (sous trois formes : parler, chanter, lire des histoires) dans la construction de compétences langagières chez les très jeunes enfants. Elle souligne le rôle de premier plan joué par les mères dans cette socialisation langagière, celles-ci étant plus investies que les pères dans la lecture de livre et le chant de comptines à leur enfant.

Cette socialisation au langage est aussi différenciée selon le sexe de l’enfant, le milieu social (PCS et niveau de capital culturel) et la taille de la fratrie. Le résultat le plus étonnant est que le niveau de diplôme influence négativement le nombre de mots compris par l’enfant, lorsque l’on demande aux parents d’évaluer les compétences langagières de leur enfant. Les auteures l’interprètent comme l’effet d’un rapport plus élaboré au langage des parents diplômés, les rendant plus exigeants avec leur enfant en matière de maîtrise du langage.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)