Génération pivot

Cette étude "génération pivot" traite de la génération qui aide la génération précédente et la suivante, ainsi que son influence sur les solidarités intergénérationnelles.

  • La génération pivot d’aujourd’hui et celle de demain auront-elles les mêmes capacités à tenir ce rôle comme le faisait leurs parents et leurs grands-parents ?
  • Quels sont les effets prévisibles d’un appauvrissement (économique) de la génération pivot sur les autres générations, ascendantes et descendantes ?

Résumé :
Depuis le milieu des années 1970, la France connaît un ralentissement de sa conjoncture économique, qui se traduit par l’émergence et l’aggravation de multiples problèmes sociaux : chômage, pauvreté, exclusion…
D’après le sociologue danois Gösta Esping-Andersen, ceux-ci sont autant de symptômes d’une crise plus profonde des « Etats-providence » face à des dynamiques démographiques et économiques nouvelles. Dans son modèle à trois générations, Esping-Andersen fait de la génération « du milieu » un pivot : la génération qui précède et celle qui suit en sont de plus en plus dépendantes. Charles-François Wolff et Claudine Attias-Donfut mettent en évidence l’existence d’une réciprocité dans les transferts infra-familiaux en temps ou en argent et l’implication croissante de la génération des « grands-parents ».


Etude « Génération pivot », ARS BFC, 22 mai 2018

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)