Ma thèse en 180 sec : comprendre le lien entre précarité et jardinage

À l’échelle des régions – alors que les métropoles maintiennent une croissance relativement soutenue –, les centres urbains pris dans l’étau d’une forte concurrence à l’international et d’un relatif enclavement géographique entrent dans des processus de déclin urbain.
Les taux de chômage et de pauvreté augmentent, la vacance s’intensifie, les entrepreneurs partent vers des horizons plus rentables et les budgets publics s’en voient d’autant plus restreints pour ceux qui, malgré tout, choisissent de rester.

Néanmoins, des citadins en situation de précarité s’adaptent à la crise, se réappropriant les espaces libres dans l’objectif d’améliorer leurs conditions de vie.

Jardiner en ville pour faire face à la précarité, Damien Deville Agroécologue et anthropologue de la nature - Coprésident de l’association AYYA, INRA 10 juin 2018

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)