Etat des lieux des quartiers prioritaires

les QPV ont enregistré un vieillissement de leur population durant les vingt précédentes années. En 1990, les personnes de 60 ans et plus ne représentaient en effet que 11,9 % de la population des quartiers relevant de la politique de la ville.

10,0 % de la population des quartiers prioritaires déclarent bénéficier d’une reconnaissance administrative du handicap ou de perte d’autonomie, contre 6,6 % de la population française métropolitaine.

Les QPV regroupent, dans les unités urbaines de plus de 10 000 habitants, des ménages dont le taux de pauvreté est particulièrement élevé : 43 % en moyenne. Pour autant, plus de la moitié des habitants des QPV ont un niveau de vie supérieur au seuil de pauvreté et la majorité des personnes en situation de pauvreté ne vivent pas dans les quartiers prioritaires. Le taux de pauvreté de la population qui ne réside pas en QPV s’établit à 12,2 %.

Le chômage est en baisse chez les jeunes résidant en quartiers prioritaires, tandis que le nombre de 15-29 ans en études ou en formation progresse.

C’est l’un des nombreux enseignements des fiches publiées par l’Observatoire national de la politique de la ville (ONPV) : des données statistiques précises, réparties en six thématiques, qui dressent un portrait réaliste des quartiers prioritaires aujourd’hui.
Les fiches de l’ONPV, 2018

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)