Surveillance épidémiologique de la dengue, du chikungunya et du zika

La surveillance des cas humains de chikungunya, de dengue et de zika en France métropolitaine participe à l’objectif de prévention ou de limitation de l’instauration d’un cycle de transmission autochtone de ces virus.

Dans les départements de métropole où le moustique tigre est implanté, le plan ministériel anti-dissémination de la dengue, du chikungunya et du zika en métropole, prévoit un dispositif de surveillance renforcée de tous les cas suspects de dengue, de chikungunya et de zika pour des patients revenant de pays ou ces virus circulent.

La surveillance repose sur le signalement immédiat à la plateforme régionale de veille et d’urgences sanitaires de l’ARS, par les médecins cliniciens et les laboratoires :

  • des cas importés suspects de dengue, de chikungunya et de zika. En cas de suspicion, ce signalement à l’ARS est couplé à la demande du diagnostic biologique ;
  • des cas autochtones confirmés de dengue, de chikungunya et de zika.

Le signalement déclenche une enquête entomologique et, si nécessaire, des actions de lutte anti-vectorielle pour prévenir une transmission locale à partir de ces cas importés.

Surveillance épidémiologique de la dengue, du chikungunya et du zika ? ARS PACA, 30 avril 2018

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)