Regard sur le mal logement en Europe 2018

Au cours des dernières années, seuls deux pays européens ont vu le nombre de leurs habitants sans-domicile baisser :
• En Finlande, une baisse de 10 % entre 2013-16.
• En Norvège, une baisse de 36% des personnes sans-abri a été observée entre 2012 et 2016.

Dans les 2 cas, le sans-abrisme a été saisi en tant que problème de logement et de violation des droits fondamentaux, remédiable, et non comme problème social inévitable puisant ses racines dans les problématiques individuelles.

L’UE n’a pas de compétence exclusive ou spécifique en matière de logement, et l’objectif des organisations luttant contre le mal-logement n’est assurément pas de remettre en cause le principe de subsidiarité.
En revanche, de nombreuses politiques menées par l’Union, comme celles relatives à l’inclusion sociale, à la cohésion, à l’énergie, aux migrations, à la régulation financière, à la concurrence, à la santé et aux droits de l’homme touchent déjà plus ou moins fortement à la question du mal-logement dans nos pays.
L’UE a son rôle à jouer en termes de coordination, de suivi et d’accompagnement des Etats Membres dans la réalisation du droit au logement pour tous.

Regard sur le mal-logement en Europe 2018- 21.03.18, Fondation Abbé Pierre

De plus en plus de sans-abri partout en Europe, Le Monde, 21.03.18

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)