Vielllissement et inégalités

La vieillesse n’est plus synonyme de pauvreté, comme elle avait pu l’être dans l’immédiat après-guerre. Avec la montée du salariat, l’augmentation de l’activité des femmes et la maturation des systèmes de retraite, les ressources des ménages retraités n’ont plus rien à envier à celles des actifs. Mais n’a-t-on pas atteint un âge d’or des retraités ? Tous les retraités ne connaissent pas, non plus, le même sort, et les inégalités n’épargnent pas les populations âgées.

Le bien-être ne se mesure pas à l’aune des seuls indicateurs monétaires. Il renvoie aussi à la santé, l’accès à l’éducation, l’emploi ou le logement. Si l’on se limite au niveau de vie, au patrimoine et au logement, la situation des ménages retraités apparait globalement plus favorable que celle des autres ménages. Toutefois, l’amplitude des inégalités y est aussi forte que parmi l’ensemble des Franciliens.

Quelques éléments intéressants du sommaire :

  • Hausse marquée des revenus des plus âgés depuis les années 1970
  • Et fort recul de la pauvreté
  • Des inégalités de niveaux de vie entre les âges
  • Les ménages âgés pauvres plus en plus dans le parc social
  • Les séniors surreprésentés parmi les ménages à revenus modestes à moyens dans chaque segment d’occupation

Vieilllissement et inégalités, les disparités traversent les âges, Février 2018, IAU

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)