L’hébergement d’urgence, et après ?

Laurent est bénévole à la Croix Rouge depuis un an et demi. Avec trois autres maraudeurs, il sillonne en camionnette les rues du 9e arrondissement de Paris. En plan grand froid, les maraudes, habituellement limitées à trois par semaine, sont quotidiennes.

Les bénévoles essaient à tout prix de convaincre les sans-abri d’accepter un toit éphémère. Défi réussi pour Jean-Marc, l’homme sera accompagné dans la soirée dans un gymnase. Peine perdue en revanche pour 15 autres personnes, dont Yon, 50 ans, couché sur une bouche d’aération avec son fils Constantino, 22 ans.

Identifier les besoins de chacun

Voilà à quoi servent également ces maraudes : identifier les besoins de chacun, car dans la rue il y a tous les types de profils.

Adapter les solutions et anticiper

Sur le terrain, les associations réclament une vision à long terme : plus de structures, mieux adaptées aux différents publics, souligne la directrice générale d’Emmaüs Solidarité, Aurélie El Hassak-Marzorati : « Par exemple, permettre à un homme avec un chien de dormir dans un centre d’hébergement d’urgence qui accueille les chiens. »

D’autres initiatives innovantes pourraient être suivies, juge-t-elle, à l’image du projet Coccon à Montpellier, semblable à un petit kiosque mobile avec un lit et des sanitaires. L’intérêt ? « Il peut se déplacer au plus proche du trottoir sur lequel vit le SDF, ce qui permet de lui réapprendre progressivement à vivre avec autour de lui quatre murs et au dessus de sa tête un toit ».

Diversifier les modes d’hébergement, la Croix Rouge y encourage également. Par exemple avec des logements adaptés comme les pensions de famille, proposées par l’association : « progressivement on accompagne les personnes à devenir de plus en plus autonomes, jusqu’au retour en logement de droit commun » explique Jean-Christophe Combe, directeur général de l’organisme. « On leur permet d’accéder à leurs droits sociaux, on les forme pour revenir vers l’emploi, on leur donne accès aux soins. »

Plan grand froid : l’hébergement d’urgence, et après ? France Culture, 28/02/2018

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)