Diesel, le scandale de la santé publique

La population générale est essentiellement exposée aux particules diesel par voie respiratoire.

Les études disponibles montrent une relation de cause à effet entre une exposition à la pollution issue du trafic et différents effets sanitaires : mortalité, développement et aggravation de pathologies cardio-vasculaires et respiratoires.

Habiter à proximité des voies à fort trafic routier pourrait être responsable d’environ 15 à 30 % des nouveaux cas d’asthme de l’enfant et les adultes âgés de 65 ans et plus développeraient de pathologies chroniques respiratoires et cardiovasculaires fréquentes. L’espérance de vie à 30 ans pourrait augmenter de 3,6 à 7,5 mois selon la ville, ce qui équivaut à différer près de 3 000 décès par an, si les concentrations moyennes annuelles de PM2,5 respectaient la valeur guide de l’OMS (10 µg/m3). On observe également une association positive entre hospitalisations cardiaques et respiratoires et niveau de PM10 (INVS, 2012).

Video : Diesel, le scandale de la santé publique, LCP, 25.11.17

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)