Enquête santé et protection sociale

Selon l’enquête EHIS-ESPS, en 2014 en France métropolitaine, 6,5 % des personnes vivant en ménage ordinaire déclarent bénéficier de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) et 88 % d’un contrat de complémentaire santé privé (en complément de la CMU-C pour 0,4 % d’entre elles).

Au total, 94 % des personnes déclarent bénéficier d’une complémentaire santé, 4,6 % ne pas en bénéficier et 1,7 % ne pas connaître leur situation. Depuis le début des années 2000, de nombreuses études ont montré l’importance d’une telle couverture dans le recours aux soins.

En 2014, comme les années précédentes, l’absence de complémentaire santé concerne d’abord les populations les plus précaires  : 15 % parmi les chômeurs et 11 % dans le premier quintile de revenu. En effet, malgré l’existence des dispositifs de la CMU-C et de l’Aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS), le premier motif de non-recours à la complémentaire santé reste le coût trop élevé des contrats (58 % des personnes non couvertes). Par ailleurs, le dispositif d’exonération des frais de santé liés aux Affections de longue durée (ALD), même s’il ne prend en compte que les pathologies liées aux ALD et les dépenses d’honoraires, explique 9 % des non-recours à la complémentaire santé (17 % en 2002).
Les bénéficiaires d’une complémentaire santé s’estiment en majorité bien remboursés, mais la perception des niveaux de couverture est disparate selon les types de contrats.

Enquête santé et protection sociale - IRDES, n° 566 • octobre 2017

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)