Étude : Pourquoi les personnes fragiles renoncent-elles de plus en plus à l’aide à domicile ?

L’OCIRP est partenaire de la Fédération Adessadomicile, dans le cadre d’une enquête qui identifie les freins pour lesquels les personnes fragilisées n’accèdent pas suffisamment aux aides sociales alors que leurs besoins augmentent.

L’enquête s’adresse à des personnes âgées, handicapées ou familles en difficulté. Elle a été menée d’août à octobre 2017 auprès de 1577 personnes éligibles, échantillon représentatif de la population française.

1 personne sur 3 éligible aux aides sociales n’y accède pas ; pour 1 personne sur 2 le non accès aux aides est dû au manque d’information.

Pour un quart des bénéficiaires, un recours régulier à des services d’aides (qu’ils soient liés à de l’action sociale ou pas) constituerait un soutien « très important ».

Il ressort de cette étude « bénéficiaires OCIRP » que les personnes fragiles identifient clairement le champ d’intervention de l’action sociale. Cependant le recours à celle-ci n’est pas forcément automatique : il faut avant tout se percevoir dans le besoin, ce qui n’est pas le cas de tous les bénéficiaires.

Ces deux études mettent en exergue la méconnaissance comme principal frein au recours aux aides sociales. De nombreux a priori et interrogations demeurent concernant les procédures, les conditions d’accès, l’éligibilité des bénéficiaires.

Pourquoi les personnes fragiles renoncent-elles de plus en plus à l’aide à domicile ? Ocirp, 14.11.17

Étude de terrain sur les difficultés d’accès aux aides handicap, dépendance, famille,Ocirp, 14.11.17

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)