Sport sur ordonnance

L’activité physique adaptée ou le « sport santé » est une thérapeutique non médicamenteuse certes mais totalement validée, par la Haute Autorité de Santé (HAS) et cela depuis déjà 2011.

Quels sont les bénéfices attendus pour les patients ?
Elle diminue de moitié le risque de développer un diabète de type 2 chez les personnes à risque (un parent diabétique) par exemple.
Elle diminue de 45% le risque de récidive dans le cancer du sein, fait baisser la pression artérielle chez les hypertendus, améliore l’espérance de vie dans la mucoviscidose etc.
En diminuant le risque de survenue de maladies associées (comorbidités) comme dans le VIH, elle est aussi indiquée dans les maladies neurodégénératives (Maladie d’Alzheimer par ex.), la dépression, l’insuffisance cardiaque, l’infarctus du myocarde etc.

Qui peut bénéficier de cette prescription ?
Potentiellement, plus de 10 millions de Français et tous les patients souffrant de l’une des 29 affections de longue durée (ALD) comme un diabète, une insuffisance cardiaque, VIH, cancer etc.
La prescription de l’activité physique par le médecin traitant (généraliste ou spécialiste, libéral ou hospitalier) se fera par un formulaire spécifique.
Le formulaire devra préciser les capacités physiques du patient ainsi que le risque médical pour une prescription personnalisée qui définira pour chacun la fréquence, l’intensité, le type et la durée de la séance d’activité physique adaptée.

A écouter : Le sport sur ordonnance, Priorité santé, RFI, 27.09.17

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)