Le système redistributif réduit de 7,9 points le taux de pauvreté

Les prestations sociales dans leur ensemble ont une incidence forte sur la réduction de la pauvreté monétaire.
En 2014, la proportion de personnes situées sous le seuil de pauvreté, qui correspond au taux de pauvreté, est ainsi réduite de 7,9 points, une fois l’ensemble des prestations sociales non contributives, la PPE et la fiscalité directe prises en compte.
En définitive, en 2014, 14,1 % de la population métropolitaine vit sous le seuil de pauvreté, soit 8,8 millions de personnes.

Les prestations familiales et les aides au logement réduisent chacune de 2,2 points environ le taux de pauvreté, les minima sociaux de 1,8 point.
Très concentrés sur les revenus les plus modestes, les minima sociaux sont moins susceptibles de faire passer le niveau de vie de leurs bénéficiaires au-dessus du seuil de pauvreté. Les effets du RSA activité et de la prime pour l’emploi sur le taux de pauvreté et son intensité restent en revanche limités (entre 0,0 et -0,8 point).

- >Vue d’ensemble : Minima sociaux et prestations sociales - Ménages aux revenus modestes et redistribution, DREES - 25.07.17
- >Ouvrage : Minima sociaux et prestations sociales - Ménages aux revenus modestes et redistribution, DREES- 25.07.17

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)