Marches exploratoires

Depuis 2014, dans une douzaine de villes françaises, des habitantes tentent de se réapproprier l’espace public et améliorer leur environnement en arpentant les rues.

L’idée de ces marches ? Sillonner les avenues, emprunter des ruelles, traverser des parcs et des places, « pas pour cueillir des fleurs, précise Djamila Debab, coordinatrice des marches au sein de l’association Interm’Aide, à Creil (Oise). »

Pour se réapproprier la rue, ces femmes abordent les problèmes qu’elles y rencontrent, et pointent ce qui doit être amélioré. Incivilités, saleté, voitures mal garées, mauvaise signalisation, absence de commerce, manque de mixité et sentiment d’insécurité reviennent dans toutes les conversations. A la journée « bilan », les femmes, réunies pendant toute une matinée en petits groupes, parlent aussi beaucoup des hommes et de leur omniprésence dans la rue et… dans les cafés.

- > ArticleLe Monde du 20.05.17 :
Des marches exploratoires « pour réinvestir les espaces publics occupés par les hommes »

- > Le rapport : les marches exploratoires

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)