CMUC et ACS... entre différenciation et discrimination

Le Fonds CMU¬C et le Défenseur des droits ont lancé à l’automne 2014, un appel à projet de recherche visant à recueillir le point de vue des professionnels de santé concernant la prise en charge de patients vivant dans des conditions de vie précaires, notamment ceux qui sont au-dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire éligibles à la CMU-C ou à l’ACS, afin de mieux comprendre les logiques psychosociales du refus de soins à l’égard des bénéficiaires de la CMU¬C (et d’éventuelles autres catégories de patients).

Cette étude s’appuie sur la réalisation d’entretiens semi-directifs menés entre mars et juin 2016 auprès de praticiens (10 dentistes, 18 médecins généralistes, 20 médecins spécialistes).

- > L’étude, Caroline Desprès, Fonds Cmu, 2017, 248 p
- > Synthèse de l’étude.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)